Je viens de voir le film "Avatar".

 

Il condense toute l'histoire du cinéma. Soit-il américain ou pas. Ce film questionne le pourquoi ou le comment de la découverte du Nouveau Monde. Autrement dit, des Amériques. 

Mais, sans doute, souleve-t-il la question cruciale pour la race Humaine : Où trouver les sources d'énergie pour alimenter une société de plus en plus industrialisée qui a oublié la nature ?

 

Dans "Avatar" le 11 Septembre est présent . La destruction du Grand Arbre n'est autre que la destruction symbolique des tours de New York.

Dans "Avatar" , Pandora,  la mère nourricière prendra position. Elle n'acceptera pas qu'un fossé naisse entre la nature et ceux qui en font partie.

 

"Avatar" est un film engagé. Ecologiste diront certains ?

Est-ce que ce film marque un tournant dans la prise de conscience nord américaine ?

Pandora, nom de la planète dont la vegétation fait pensar à l'Amozonie, nous (re)envoi au film avec Ava Gardner et la légende de l'Hollandais vollant .

 

Dans "Avatar", le baiser ( depuis très longtemps je ne n'avais pas vu un baiser cinématographique dans son essence ) ne signifie pas pacte avec le diable.

Rien que de l'harmonie.

E Viva o Porto!

 

 

Acabei de ver "Avatar" e ficaram-me estas impressões :

 

Para mim, "Avatar" é um grande filme. Não só condensa toda a história do cinema (Americano ou não) , como também questiona o porquê e o como  da Descoberta do Novo Mundo, isto é, das Américas.

Mas também levanta a problemática que é crucial para a raça Humana: Como encontrar as fontes de energia necessárias para alimentar uma sociedade industrializada que esqueceu a natureza ?

 

Em "Avatar" , o dia 11 de Setembro está presente . A destruição da Grande árvore não é mais que a representação simbólica do ataque às Torres de Nova Iorque.

Em Pandora , a Terra-Mãe não aceitará que um desequilíbrio seja criado entre a natureza e os seres que a habitam. E tomará partido.

 

"Avatar" é um filme comprometido. Ecologista dirão alguns?

 

Ou será que "Avatar" representa o "entrever" da tomada de consciência Norte Americana após o 11 de Setembro?

Pandora, o nome do planeta cujas florestas lembram as da Amazónia, reenvia para o filme com Ava Gardner e a legenda do Holandês Voador.

 

Em "Avatar" , o beijo (já há muito que não via um beijo cinematográfico na sua essência) não significa pacto com diabo.

Só harmonia! 

E Viva o Porto !

por PortoMaravilha | link do post
Recebido por e-mail :

J'ai été voir Avatar aussi ; j'ai beaucoup aimé. Effectivement, il reprend beaucoup de thèmes du cinéma américain : l'écologie (en même temps on ne sait absolument rien de ce qui se passe sur Terre, plus de végétation des multinationales mais le reste ? un prochain film certainement !), la découverte d'un nouveau monde et comment s'y comporter (les Trekkers appellent cela la "Prime Directive"), le reste effectivement où veux-tu en venir ? HI HI HI !
Le baiser aussi ? le quel ? Les tours bof !
En tout cas, il voulait créer un monde totalement avec végétation et animaux, style de vie propre et là il a pris le temps de le faire, de tout créer et nous forcer à rester assis pendant 3 heures pour nous le faire découvrir. Et c'est cela qui est rare au cinéma en tout cas pour moi !

Kaya !
PortoMaravilha a 3 de Janeiro de 2010 às 20:29
Kaya ,

Merci Beaucoup pour ton commentaire.

Le baiser ? Dans le film il en existe un. Un seul d'ailleurs !

As tu vu le film Pandora ( Avec Ava Gardner ) ? Etrange que la planete se nomme Pandora .

Comment se comporter dans un nouveau monde ? Lis des passages de temoignages de navigateurs portugais perdus en Amazonie.

Ce n'est pas Cameroun qui a inventé le mythe du bon sauvage mais Rousseau suite à l'arrivée de ces mêmes temoignages en Europe au XVI.

Toi qui aime la Bd Lou replonge toi dans les dessins de Bourgeon et tu verras qu'il dessine aussi une forêt differente et enigmatique.

J'avoue que l'histoire des tours est un peu tirée par les cheveux , mais bon... Ça me semble pas faux.

J'ai beaucoup aimé ta fine analyse : On sait rien de ce qui passe en terre. La fiction est vraiement forte puisque le spectateur oublie la terre... et il oublie tout repere.

Nuno

PortoMaravilha a 4 de Janeiro de 2010 às 22:14
Oi Nuno,
Bem também vi AVATAR e confesso que me surpreendi um pouco.
Sim, as imagens são lindas e o cenário de encher os olhos; ousadia (gosto disso)!
Apesar de alguns 'clichês', o filme nos leva a reflexões sobre: quem somos, onde estamos e para onde vamos.

Gisleuda Gabriel a 4 de Janeiro de 2010 às 18:16
Grande prazer em te ler aqui Gisleuda.

Para mim, intuitivamente, ao ver o filme, as imagens lembraram-me certas descrições da Carta de Pero Vaz de Caminha.

É verdade que existem certos clichés. Mas como escreves e bem concordo : Quem somos, onde estamos e para onde vamos.

Mas não foi esta a temática e o pensamento de Rousseau após ter lido a Carta de Pero Vaz de Caminha que descreveu o primeiro contacto entre europeus e Índios Brasileiros.

E acho que a humanidade está indo de mal em mal !

Nuno !
PortoMaravilha a 4 de Janeiro de 2010 às 22:31
Je trouve votre analyse très intéressante mais surtout réaliste...

J'avais biensûr constaté le côté environnemental du film, qui est surement l'un des principaux messages que le réalisateur à voulu faire passé. Où trouver les ressources naturels nécessaires pour la population terrienne? A la fois, comment faire attention, à la nature? Deux des questions qui inquiètent aujourd'hui beaucoup de monde...
Le film nous montre également la colonisation d'un nouveau monde; on peut penser à la découverte de l'Amérique puisque le film est américain. Néanmoins, le fim peut s'apparenter à n'importe quelle colonisation.
En tous les cas, la réalisation nous propose une destruction d'un monde pure et vierge en technologie qui est le dernier espoir à notre monde, à l'agonie, de trop de modernise. On peut donc en déduire que ce qui nous ai montré par le réalisateur est en fait la fin de notre monde moderne.

Je pense l'interprétation de la destruction de l'arbre comme étant la symbolique de l'attentat du World Trade Center assez juste. En effet, dans les deux cas, le pilier d'un monde disparait: qu'on abatte, dans un cas, un coeur économique ou dans l'autre, le coeur d'une fôret; à chaque fois, l'attente a une répercution sur la vie.

Enfin, il me reste une chose qui m'a frappé dans le film: la ressemblance avec le film "Titanic". En effet, lorsque l'on sait que les deux films ont été réalisé par James Cameron, la ressemblance se fait d'autant plus frappante.
Tout d'abord, le prénom du personnage principal masculin est le même: Jake. Ensuite, l'histoire d'amour naît entre deux personnes de milieux totalement différents. Dans un cas, il s'agit de la classe sociale. Dans Titanic, Rose est issue de la classe supérieur, alors que Jake se qualifie de "pauvre". Dans Avatar, le monde virtuel et sain ainsi que celui réel et industrialisé s'opposent. D'ailleurs, dans chacun des films, les personnages amoureux s'apprendront chacun leur tour les conventions de leurs mondes. Dans Titanic, pour commencer, Jake apprendra à Rose à cracher, faire des bêtises et danser ses danses; puis Rose apprendra à son tour à Jake à bien se tenir à table par exemple. De même, dans Avatar, Jake apprendra les coutumes et la langue de sa belle, il fera même partie de son peuple.
De plus, la question du mariage bourgeois est évoqué dans les deux films car Rose et la belle Na'vi sont toutes deux promisent plus ou moins à un autre.
D'autre part, la même phrase surgit des deux scénarios; dans les deux films, il est question du verbe "voir" pour exprimer ple fait que les personnages arrivent à se comprendre, à voir ce qu'ils ressentent au fond d'eux malgré leurs différences. Dans Titanice, Jake dit à Rose "Je vous voit" lorsqu'ils discutent des dessins de celui-ci; plus tard il lui prouvera en la dessinant, nue; ainsi il l'a "verra" entièrement (à l'intérieur comme à l'extérieur.) Dans Avatar, il s'agit plus simplement d'une déclaration de confiance et/ou d'amour lorsqu'ils se disent "je te vois".
Enfin, dans les deux films il est question de destruction d'un objet principal: un bâteau ou un arbre, principal refuge des personnages.
On constate que la mort est présente mais aussi presque inévitable dans les deux cas. Il y a beaucoup de morts mais l'amour reigne;soit dans le souvenir d'une dame pour Titanic, soit pour une convertion totale de l'être humain ainsi qu'un mariage pour Avatar.
Dans les deux cas, un blâme de l'avancé technologique. Celle-ci n'est pas forcément synonyme de bien, elle peut aussi être destructrice de l'identité humaine. Dans Avatar, Jake se range du côté des protecteur de la nature, il devient un écologiste, un vert!



Déborah B, Mantes-la Jolie.
Déborah a 14 de Fevereiro de 2010 às 15:54
Merci pour ton commentaire Déborah.

En fait ce n'est pas un commentaire c'est une dissertation

Dans ton analyse tu me reconfortes dans l'idée que le film de Cameron est un palimpseste . Je n'avais pas pensé à Titanic . Je m'etais plus attaché au nom de la Planète ( Pandora / cf Ava Gardner ) et à quelques scenes qui nous renvoient vers des classiques du cinema à l'époque des western, par exemple.

Je continue à penser que ( meme si je suis d'accord avec toi en ce qui concerne toute colonisation ) le film est inpiré du mythe du bon sauvage de Rousseau. Auteur qui s'est inspire du cahier de bord de l'armada de Cabral lorsque celui ci debarque au Bresil . Mais le film peut aussi renvoyer aux fonds sous marins. Et là c'est une idée à creuser puisque l'ocean est aussi pour nous une autre planete dans notre planete.

J'ai bien aimé l'analogie entre l'arbre et le bateau . Cela montre la petitesse de l'homme incapable de vivre hors d'un terrier et qui continue à se penser le nombril du monde.

Ta reference à l'amour bourgeois , félicitations montre , il me semble que le film va bien plus loin que la seule histoire du cinema.

C'est Romeo et Juliette certes ! Mais un Sherk-peare où les amants sont libres de leur destin. Encore une reference de ta part qui est excellente.

Je pense ( voila une réponse bateau mais pas tant que ça ) que ce filme nous montre que l'identité humaine nous appartient. A nous de faire en sorte que les avancées technologiques restent sous notre controle ( democratique ).

C'est une bataille !

Mais tant que cela existera ... pas de soucis.

Nuno







PortoMaravilha a 14 de Fevereiro de 2010 às 20:55
J'ai oublié d'ajouter cela et qui me semble important .

Le film de Cameron renoue avec la these d'Engels sur la dialectique de la nature.
Chaque phenomene porte en lui même sa negation.

De façon consciente ou inconsciente peut importe si le realisateur a pensé cela.

Dans Avatar , initialement la base d'exploration est loin de penser que la raison objective et scientifique de son exploration ( la recherche de l'energie vitale ) entrainera sa negation ( sa destruction ).

Tant que l'homme ne comprendera pas qu'il est culturel et faisant partie integrante de la nature , il y aura toujours ce fossé.

Les dernieres images du film sont saisissantes : Les ressortissants de la base quittent la planete sous l'oeil de mitrailletes ou consoeurs sophistiquées. La violence est aussi du coté des defenseurs de la nature ?

Avatar est un grand film . Il nous plonge de façon deliberee ou pas , dans nos contradictions ? Et aussi dans notre questionement d'humains.

C'est sans doute la force du film : Montrer que nous sommes humains.

Quel monde voulons nous pour demain ?

Pour le moment ( ? ) nous avons encore la democratie et le libre arbitre. Mais demain ?

Tant que la existera , nous existerons !

Nuno



PortoMaravilha a 14 de Fevereiro de 2010 às 23:19
Recebido por e-mail ontem dia 22

" la symbolique des tours !! Je n'y crois toujours pas ! En plus seul l'arbre maison est détruit l'autre se défend et part au combat avec eux !

Kaya

@ Kaya : Avons nous vu le même film ? Tu es plus terrible que mon prof de physique de seconde qui commençait toujours ainsi son cours : "Physique méfie toi de la metaphysique ".

Nuno

PortoMaravilha a 23 de Fevereiro de 2010 às 22:46
Recebido por e-mail

http://cpa.hypotheses.org/1641

Merci Lo pour l'information

Nuno

PortoMaravilha a 2 de Março de 2010 às 20:39
Domingo dia 11 de Abril , Cameron plantou no parque de Ibirapuera ( Estado de São Paulo ) a sua primeira árvore duma campanha destinada a plantar um milhão de árvores pelo planeta.

Engraçado e simbólico em relação a Avatar ?

Dimanche 11 avril , Cameron a planté le premier arbre ( dans le parc d'Ibirapuera, Brésil ) , de sa campagne destinée à planter un million d'arbres à travers la planete.

Amusant et symbolique par rapport à Avatar ?

Nuno
PortoMaravilha a 13 de Abril de 2010 às 16:04
Hesitei em saber se havia de dedicar ou não um post sobre o assunto.

O assunto é sempre aquele tão debatido na blogs esfera pt e não : Avatar nada contribui para a história do cinema ? Filme sensacionalista e comercial ?

Decidi colocar estas palavras em comentário porque acho que bati certo no meu comentário, e como talvez uma primeira leitura seja a boa.

Assisti a um estágio de cinema.

A problemática era : Espaço-Tempo : O que se vê o que se ouve.

Dentro desta problemática , apresenta-se a indústria do saber fazer. Sendo esta dividida em 4 partes da história do cinéma. Notar-se-á que só a partir de 1945 se falará de cinema, empregando a palavra plural, cinemas.

1. Cinema primitivo & cinema mudo ( sd - 1930 ? )

2. Cinema Clássico ou Hulidiano ( oups ) ( 1929-1959 )

Aqui, mesmo se as datas não correspondem , na arte as fronteiras não precisam de bilhete de identidade, o cinema começa a ser uma noção plural.

3. Cinemas modernos ( 1945-1975 )

4. Cinemas contemporaneos ( 1979-2010 )

5. Existe um cinema após o 11 de Setembro ?

Este último ponto ( será preciso esperar Setembro após a rentrée / lol com a coincidência ) não foi possível abordar falta de tempo.

Todavia, entre dois cafés, no fim do estágio, após falatório, os planos da distruição das torres são reproduzidos com os mesmos ângulos de focalização, que a destruição da árvore mãe em Avatar.

Não houve tempo de falar sobre este último aspecto. Entre os participantes ninguém aprecia muito Cameron. Mas todos e todas reconhecem que Avatar marca, independentemente do seu criador, a possibilidade de afirmação do cinema Asiático, Indiano e latino Americano.

Os Navi's ou o reconhecimento de outrem junto do grande público. Até há pouco o outrém no cinema era o assassino, o bandido, o louco. ( Isto em regra geral ).

E não sei porquê aterramos nos filmes "A Cidade de Deus" e " Tropa de Elite ".

Quanto a estes voltarei com um post.

Se não se conseguiu chegar ao fim do programa foi porque houve a abordagem do seguinte e que criou polémica :

O cinéma mudo já tem em si , já globaliza ( termo empregue no estágio) tudo o que é cinema. Concordo.

O cinema basta-se a si mesmo e não precisa da palavra para ser explicado. Aí discordo. Foi contudo o que os formadores nos apresentaram. A imagem basta-se a ela mesmo. E aí duvído muito.

Fica em aberto a discussão .

Nuno


PortoMaravilha a 6 de Junho de 2010 às 22:43

foto perfil.jpg

pauloc.jeronimo@gmail.com

pesquisar
 
arquivos
2017:

 J F M A M J J A S O N D

2016:

 J F M A M J J A S O N D

2015:

 J F M A M J J A S O N D

2014:

 J F M A M J J A S O N D

2013:

 J F M A M J J A S O N D

2012:

 J F M A M J J A S O N D

2011:

 J F M A M J J A S O N D

2010:

 J F M A M J J A S O N D

2009:

 J F M A M J J A S O N D

Controle de invasão ET
comentários recentes
Merci pour le partagehttp://boomlasers.alzawaia.co...
Hand ball is actually a nice game to watch. I firs...
Children are not good with lies. They doesnt know ...
Woww!!! I am glad you have shared this old picture...
Alors, dit-il,Au Revoir ! , dit-elle. Alexandre O'...
Jovem, apesoado, dotado, submisso, procura homem d...
nice work, I can see your point, I can't agree wit...
nice work, I can see your point, I can't agree wit...
nice work, I can see your point, I can't agree wit...
nice work, I can see your point, I can't agree wit...
nice work, I can see your point, I can't agree wit...
nice work, I can see your point, I can't agree wit...
nice work, I can see your point, I can't agree wit...
nice work, I can see your point, I can't agree wit...
nice work, I can see your point, I can't agree wit...
nice work, I can see your point, I can't agree wit...
nice work, I can see your point, I can't agree wit...
nice work, I can see your point, I can't agree wit...
nice work, I can see your point, I can't agree wit...
nice work, I can see your point, I can't agree wit...
.